prix alterforhum

Business + humanisme = succès!

Promouvoir une approche progressiste et humaniste des ressources humaines: c’est l’ambition de l’association AlterForHum. Elle le fait désormais également par la remise d’un prix, décerné pour la première fois dans le cadre de l’édition 2012 de la HRM Night. C’est Baxter qui a été primé pour un projet combinant intelligemment finalité business et finalité humaniste.

Faut-il encore présenter AlterfoRHum? L’initiative trouve ses racines en 2004 au congrès mRH de Cannes, pour se concrétiser réellement un an plus tard après celui de Stresa. Réunissant des « idéalistes humanistes », l’association défend une approche alternative, à la fois humaniste et progressiste, des RH à travers des actes, des réflexions, des valeurs. « La crise actuelle démontre toute la pertinence de chercher à aborder la gestion d’entreprise d’autres façons, en ajoutant à la dimension économique une vision ‘people’ plus marquée, souligne Chantal Cabuy, sa vice-présidente. Nous avons jugé le moment opportun pour attribuer pour la première fois le prix AlterfoRHum avec cet objectif de sensibiliser les entreprises à l’importance de s’inscrire dans cette vision au cours des années à venir. Bien sûr, le volet ‘Profit’ du triptyque ‘People, Planet, Profit’ reste la base de l’entreprise, mais il ne peut se faire au détriment du volet ‘People’ qui, bien au contraire, contribue au succès et à la pérennité de l’entreprise. »

L’équipe au pilotage d’AlterForHum n’a guère eu à délibérer longtemps pour s’accorder sur le lauréat du prix 2012: « Nous avons été impressionnés par la démarche entreprise par Baxter. Le secteur pharmaceutique véhicule souvent une image assez élitiste. Au contraire, ici, par son projet consistant à appliquer une gestion des talents à du personnel moins qualifié afin de remplir des postes difficiles à pourvoir tout en contribuant à adresser la problématique du chômage touchant son environnement proche, cette entreprise a montré de façon très créative qu’il était possible, et même complémentaire, d’adresser enjeu business et finalité humaniste. »

Chez Baxter BioScience à Lessines, il arrive en effet que certaines fonctions restent ouvertes pendant plusieurs mois avant d’être pourvues. Un paradoxe dans une région où le taux de chômage s’affiche à 18%. La solution trouvée pour répondre au besoin en profils moins qualifiés a consisté à porter l’attention non pas sur les diplômes, mais sur les compétences et, surtout, sur le potentiel de développement des personnes. « Nous donnons leur chance aux candidats motivés, désireux de s’impliquer et de faire carrière, en comblant leurs manques de qualifications au niveau du background technique », explique Doris Sessolo, HR Manager de la division BioScience.

Dans cet esprit, Baxter s’est associé au centre de formation aux métiers de production et de maintenance de l’industrie chimique et (bio)pharmaceutique (Cefochim), afin de construire un programme de formation destiné aux demandeurs d’emploi. Dans une première phase, 25 techniciens ont ainsi pu être recrutés dans le cadre de ce projet qui va, à l’avenir, inspirer d’autres initiatives en fonction des pénuries de profils auxquelles l’entreprise fait face. Cet accent mis sur les compétences et sur la volonté de se développer a également été appliqué à la mobilité interne ou dans le cadre d’un projet d’intégration de travailleurs handicapés, en misant sur la valeur ajoutée qu’ils peuvent apporter.

« Chez AlterfoRHum, nous sommes intimement convaincus qu’aujourd’hui, une entreprise qui veut avancer et connaître le succès doit avoir une approche ouverte en termes de diversité, conclut Chantal Cabuy. Si on se focalise sur le candidat idéal ou sur le mouton à cinq pattes, on ne remplira plus les postes ouverts dans un délai raisonnable, avec des conséquences pour le business. Il faut au contraire se montrer à l’écoute du talent que l’on peut découvrir sur le marché de l’emploi, dans toute sa diversité, et donc y compris auprès de populations a priori moins favorisées, que ce soit en termes d’âge, de genre, d’origine, de qualification, etc. »

 

Christophe Lo Giudice – 2012